mardi 30 septembre 2014

La relation à l'autre (article 5)

Se libérer de nos chaines affectives

En sortant les relations toxiques[1]


Depuis la vie intra-utérine jusqu’à sa mort, l’être humain a besoin d’établir des relations avec ses congénères afin de vivre tout simplement. Le but idéal de la relation humaine est d’apporter aux deux personnes, un gain quel qu’il soit. La satisfaction d’un manque est le but de la relation humaine. Celle-ci met en contact une personne qui donne et une autre qui reçoit, le partage ainsi créé permettant à chacun d’y trouver son compte. La relation humaine est censée être volontaire, librement consentie et positive en terme de résultat pour toutes les parties.
Une relation toxique s’oppose à cette définition car elle met en évidence l’interaction emprunte de dépendance entre une personne dominante (symboliquement nommé ci-après le marionnettiste) avec une personne dominée (la marionnette). Cette relation foncièrement négative prive les deux protagonistes de leurs libertés et souvent même de leurs droits basiques.



Définition de la relation toxique


Une relation toxique est celle qui unit deux personnes dans une relation conditionnelle où le chantage affectif est le moyen employé par l’une des personnes dans le but de contrôler l’autre.
Dans ce type de relation, il y a toujours l’un des protagonistes qui essaie de contrôler l’autre, à l’image du marionnettiste qui contrôle la marionnette au moyen des fils.
La relation toxique finit à terme par annihiler la personnalité de celui qui se laisse contrôler. Ce dernier s’éteint littéralement car tout comme la marionnette, il n’est pas libre de ses mouvements et de ses paroles tant qu’il accepte d’être sous contrôle de son marionnettiste. Ce dernier apparemment « vainqueur » finit par payer lourdement le contrecoup de ses actes, se retrouvant seul, payant ainsi la dette qu’il a créé en agissant de cette façon.



Exemple de relation toxique


Les exemples types de relation toxique :
·         Relations parent-enfants : le parent contrôle son enfant via l’éducation en lui dictant le « permis » et l’ « interdit ». Puis, arrivé au stade de l’adolescence de sa progéniture, il sent qu’il perd le contrôle et tente par tous les moyens de ne pas le laisser partir et surtout de ne pas perdre le contrôle.
·         Relation de couple : le conjoint peu sûr de lui intérieurement, extrêmement jaloux en société, qui met en place toute une stratégie  afin de contrôler, voir même d’enfermer son conjoint afin que ce dernier ne le quitte pas.
·         Relation Nord-sud : longtemps, les pays occidentaux industriels et « civilisés » ont colonisé les pays moins développés et « primitifs ». En imposant leur culture, leur économie et leur religion, ils ont en grande partie annihilé les cultures locales souvent (tout le temps ?) mieux adaptés pour les peuples locaux. Basé sur des dogmes réducteurs, cette façon de voir à réduit pratiquement à néant la diversité culturelle qui était une richesse en soi. Les pillages des richesses des pays colonisés a généré des problèmes immenses que nous assumons à l’heure actuelle : désertification ou stérilité des terres, pollution à long terme pour les pays ; immigration massive ou dépendance face aux aides des personnes.
·         Relation employeur-employé : lorsque le travail n’est pas valorisé par un salaire décent, le travailleur se sent exploité mais ne peut souvent pas protester parce qu’il a besoin de ce travail pour assurer ses besoins vitaux de base. Il s’en suit une relation hautement toxique où tôt ou tard l’exploité se venge souvent des brimades vécues. L’esclavage des noirs américains est l’exemple-type de cela.



Comment cela fonctionne


Ce genre de relation négative est possible lorsqu’un lien de dépendance bilatérale unit les deux parties : le marionnettiste a besoin de la marionnette pour se valoriser alors que, dans le même temps, la marionnette croit illusoirement ne pas pouvoir s’affranchir de son marionnettiste.

Cette relation est destructrice pour les deux parties :
·         Le marionnettiste pense contrôler l’autre en le restreignant dans ses paroles et ses actes projetant sur lui ses propres vérités en lui volant sa liberté et en le privant de son libre-arbitre. Cette attitude démontre les névroses et problèmes graves de la structure personnelle de la personne tente de tout contrôler chez l’autre. Celle-ci a souvent vécu exactement la même chose plus tôt dans sa vie et le reproduit. Elle fait souffrir autant qu’elle souffre elle-même.
·         La marionnette dont la personnalité se fane peu à peu de par les privations de liberté entrainées par les chaines qui la relie au marionnettiste. Sa personnalité reste totalement inhibée et ne peut s’exprimer librement et ainsi se structurer par l’action naturelle des expériences de vie.



Les moyens de contrôle du marionnettiste


Afin d’exercer son contrôle sur l’autre, le marionnettiste met en place plusieurs systèmes :
·         La punition : « si tu ne m’obéis pas en faisant (ou disant) ce que je veux que tu fasses (ou dise), tu seras punis ».
·         La culpabilisation : « après tout ce que je t’ai donné tu m’abandonnes, vois-tu seulement à quel point tu me fais mal ? »
·         La politique de la peur : « observe comment je t’ai créé un monde doux et confortable, juste pour toi. Mais à l’extérieur de celui-ci c’est la jungle peuplée de grands méchants loups qui vont te dévorer sans pitié. Vois où est ton intérêt : vis avec moi ou meurs en fréquentant les autres ».
·         Le (pseudo) sacrifice imposé : «  je t’ai donné toute ma vie, chaque goutte de sang et tu vois comment tu me remercie ! Je t’ai donné ma vie, tu me dois la tienne.



La dévalorisation et la culpabilité de la marionnette


La marionnette étant entravée pas ses liens, vit en cage et à l’image d’un animal en cage, perd ses qualités propres au fur et à mesure du temps. S’en suit une dévalorisation de la personne par elle-même qui se perçoit très négativement en ayant une très mauvaise image d’elle-même.
La marionnette se rend souvent compte de sa relation pathologique avec le marionnettiste. Mais bien qu’objectivement cela soit faux, elle culpabilise de vouloir rompre cette relation afin de prendre soin d’elle et finit souvent par rester complètement dépressive dans la relation, étant sûr qu’elle est « endettée » relationnellement.
Les frustrations des personnes dans ce cas sont comme autant de bâtons de dynamite qui n’attendent que des détonateurs pour exploser ! Maladies graves, toxicomanies, troubles familiaux et sociaux violents sont autant de manifestations de cet état.



Se sortir de ce type de relation

En tant que marionnette

La marionnette doit s’autoriser à vivre sa vie telle qu’elle l’entend en choisissant de penser, de s’exprimer et d’agir en jouissant pleinement de son libre-arbitre sans restriction (tout en respectant la liberté des autres évidement).
Ce travail nécessite en général un thérapeute mais cependant peut parfaitement être effectué seul pour autant que la personne touchée soit capable de se regarder objectivement.
Ce processus nécessite dans un premier temps que la marionnette s’aperçoive à quel point elle vit sous le contrôle de son marionnettiste. Puis, elle devra apprendre à réfléchir, éprouver, exprimer, agir sans tenir compte de son marionnettiste. Enfin, après avoir un peu tiré sur les chaines elle devra les rompre afin de prendre enfin son envol et vivre sa propre vie sans en référer à qui que ce soit en se respectant pleinement.
Ce processus passe par l’acquisition de la connaissance :
·         De l’esprit : par la lecture, l’apprentissage la personne accède à ses droits fondamentaux d’être humain.



·         De l’affect : en sortant de la relation toxique, elle apprend que l’on n’éduque pas par la punition ou le chantage affectif mais par le dialogue. De même, l’amour ne s’exprime ni par la jalousie, le contrôle ou la violence. En travaillant à redéfinir ses relations affectives avec ses congénères, elle apprend que celles-ci se déroulent dans le respect, le plaisir et la satisfaction.
·         Du corps : en exorcisant les douleurs subies, elle apprend pas-à-pas le respect de son intégrité corporel et acquiert le droit de la protéger au cas échéant.



En tant que marionnettiste

Le marionnettiste devra dans un premier temps s’apercevoir qu’il prive sa marionnette de sa propre vie et qu’il ne peut pas argumenter lui manifester son amour au travers de ce contrôle outrancier. Car aussi étonnant que cela puisse paraitre, le marionnettiste aime sa marionnette mais l’exprime d’une façon pathologique et négative. La projection de ses propres peurs et angoisses sur l’autre « l’oblige » à restreindre ses mouvements afin de le protéger.
En faisant un long travail d’introspection sur lui-même et son passé, le marionnettiste peut ouvrir les yeux sur le fait qu’aimer c’est donner la liberté à l’être aimé et non l’enferme par peur qu’il parte.
Le marionnettiste est un grand malade de l’amour : il en manque tellement que lorsqu’il aime quelqu’un il en devient dépendant et finit par le contrôler afin qu’il ne lui échappe pas. Il souffre également souvent d’un gros complexe d’infériorité qu’il le pousse à contrôler tout son environnement en jouant l’Alpha auprès de ses proches sans les avoir consultés. Sa négation de l’autre, démontre sa négation de sa propre personnalité dans les faiblesses et lacunes sont effrayantes pour lui.
Lui faire comprendre qu’en redonnant la liberté à l’autre, il se libère lui-même de ses propres névroses est sûrement la phase la plus dure du processus.
Dans certains cas, le processus de guérison passe par une sanction forte (internement par exemple) si le marionnettiste a violé la loi. Il est important dans ce cas de voir que ce passage est dans ce cas précis positif car il est parfois la seule façon de démontrer au marionnettiste son erreur en lui donnant la chance de recommencer une nouvelle vie.



Conclusion


Les relations toxiques sont monnaies courantes dans nos sociétés, d’où que l’on vienne, quel que soit notre sexe et notre niveau social. Sortir de cela est possible et positif pour les deux parties.
Les deux protagonistes ont besoin d’aide afin de sortir de ce cercle vicieux qui ne contamine pas qu’eux deux mais tout leur environnement.
Chacun de nous peut et à le droit de se libérer de ses chaines relationnelles afin de reconquérir sa liberté. Une fois acquise nous pouvons participer à aider d’autre congénères afin de créer, enfin, une belle société dans laquelle chacun sera au bénéfice des mêmes droits quel que soit son âge, son sexe, sa couleur de peau et son niveau social.



                                                                                     Jean-Christian Balmat

Depuis 1991, nous vous proposons :






[1] Ce chapitre est à l’origine un article de Jean-Christian Balmat posté sur Facebook, notre blog et sur notre site.

La relation à l'autre (article 4)

Ton congénère n’est jamais mauvais, seule son attitude l’est[1]


Sur notre route, il nous est constamment donné de nous retrouver confronté à des gens dont les attitudes sont insupportables. La première chose est de savoir que l'attitude est le fruit du moi inférieur, en aucun cas du véritable Soi.
Il est possible à certaines conditions de juger l'attitude de son congénère sans le juger en tant que personne, ou plutôt en tant qu'entité vivant l'expérience de l'incarnation.
Nous pouvons le juger si nous le faisons avec nos qualités d'Âme et non nos émotions et nos états d'esprit passagers. Ce qui exclut bien sûr le « jugement d'enveloppe » superficiel ayant trait aux apparences, attitudes passagères et autres pulsions.
Juger d'une attitude en la séparant de celui par lequel elle se manifeste, nous permet de vivre en partie une expérience nouvelle ou d'en ancrer une acquise depuis peu.
Sans jugement, pas de décision. Sans décision, pas de mouvement manifesté. Dans certains cas, ne pas juger une attitude est très dangereux.
Prenons l'exemple d'un Homme témoin d'une agression. S'il refuse de juger parce qu'il n'est pas directement impliqué et qu'il n'intervient pas, la victime de l'agression  peut être blessée ou pire, tuée. Par contre, juger permettra au témoin de rendre Justice, au sens propre, s'il prend la peine de juger la situation. Dans cet exemple, le témoin a sûrement à travailler son positionnement face à la violence : et plus tôt il statuera plus tôt il sera débarrassé de cette dette.



                                                                                     Jean-Christian Balmat

Depuis 1991, nous vous proposons :







[1] Extrait du livre « Rissoi l’Ermite, celui qui découvrit le chemin vers le Monde Intérieur » de Jean-Christian Balmat.

La relation à l'autre (article 3)

Mon pire ennemi est mon meilleur ami[1]


Il est très instructif d'observer notre pire ennemi, car il est évident qu'il nous met en échec! Il représente extérieurement, la partie inconsciente que je rejette avec le plus de force. Je rejette en lui ce que je n’accepte pas en moi
L'ouverture à l'encontre de mon pire ennemi me fait apprendre qu'il est en fait mon meilleur ami. Si je parviens à vaincre le problème qu'il me pose en agissant comme il le fait, je grandis, j'évolue. Par contre, si je recule en prétextant « qu'il est vraiment trop con et qu'il n'en vaut pas la peine », je recule... pour mieux sauter.
Donc je peux me dire « qu'il ne faut pas remettre à demain ce que je peux faire aujourd’hui ».
En me plaçant en observateur, je peux me demander quelle partie de moi il touche par son action. Car je sais que, si je le décide, je peux travailler sur cette partie, l'améliorer et la rendre « apte à la rencontre » avec ce partenaire inconfortable qu'est mon ennemi.


                                                                                     Jean-Christian Balmat

Depuis 1991, nous vous proposons :







[1] Extrait du livre « Rissoi l’Ermite, celui qui découvrit le chemin vers le Monde Intérieur » de Jean-Christian Balmat.

La relation à l’autre (article 2)

Je vois en l'Autre que ce que Je refuse d’être[1]


Un fait très intéressant pour apprendre à se connaître... à travers l'Autre ! Cela peut paraître évident, mais je ne vois, sens, entends de l'autre que ce que je connais de moi-même. Et ce souvent inconsciemment... quand ça concerne mes défauts...
N'oublions pas que nous sommes tous « porte-drapeau » d'une idée, d'un symbole, d'un parti, d'un clan, etc. Il n'y a donc rien de ¨personnel¨ dans nos rencontres, mais une amplitude qui va du mariage parfait à la destruction plus ou moins grande des idées des deux protagonistes.
L'exemple de la langue est... parlant. Je ne peux entrer en contact verbalement avec l'Autre qu'à condition de maîtriser antérieurement à notre rencontre la langue de mon interlocuteur.
Il est donc instructif d'observer ce que nous voyons en l'Autre pour apprendre un peu plus chaque jour de nous-mêmes.
·         Ce que nous recherchons en l'Autre, nous pouvons le trouver en nous.
·         Ce que nous envions en l'Autre, nous pouvons le développer en nous.
·         Ce que nous détestons en l'autre, nous avons le pouvoir de commencer à le tolérer pour parvenir à l'aimer plus tard.
·         Si je rejette totalement l'Autre, c'est sûrement que la qualité humaine dont il est porteur compose ma face noire.



Apprendre à aimer notre rencontre est plus facile depuis notre siège d'observateur. Même quand notre échange ressemble à un film de série Z, nous pouvons élever le débat et remporter l'oscar.
Allez à la rencontre de l’Autre à l’extérieur, c’est découvrir son Inconscient. L’Autre et son propre Inconscient sont identiques. Je vous conseille l’exercice suivant afin de déterminer « ce qui se trouve » dans votre inconscient. Prenez une feuille blanche et tracer une ligne au milieu de haut en bas. Ecrivez dans la colonne de gauche tous les qualificatifs que vous trouvez pour vous décrire. Dans la colonne de droite, écrivez les antonymes de ceux-ci (se faisant vous venez de faire un descriptif de votre inconscient qui est l’envers de votre conscient). Vous verrez que les déterminatifs de la colonne de droite ressemble à certaines personnes que vous rencontrez souvent…



                                                                                     Jean-Christian Balmat

Depuis 1991, nous vous proposons :





[1] Extrait du livre « Rissoi l’Ermite, celui qui découvrit le chemin vers le Monde Intérieur » de Jean-Christian Balmat.

La relation à l’autre (article 1)

La relation a l'autre est nécessaire, qui dis-je vitale même; mais également source potentielle de nombreuses blessures.

Dans notre société moderne qui érige trop souvent individualisme en dogme, il est bon de se souvenir que l’être humain a besoin de son congénère pour se développer harmonieusement.

En s’ouvrant à l’autre, nous découvrons une autre perception du monde ainsi que d’autres stratégies de vie, de même que des comportements que nous ignorions sans cette rencontre.

Cette série de cinq articles tente de vous apporter un éclairage différent sur la relation humaine.

Bonne lecture !



Jean-Christian Balmat, Shiatsu Holistique®


L’autre, ce moi inversé ou le Principe du Miroir[1]


« Comment peux-tu dire à ton frère : Frère, laisse-moi ôter la paille qui est dans ton œil, toi qui ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite, ôte premièrement la poutre de ton œil, et alors tu verras comment ôter la paille qui est dans l'œil de ton frère ».
Luc 6:42

Nous avons vu que le vrai travail sur soi est évidemment intérieur. Nous avons découvert aussi que Karma amène l'individu à payer ses dettes ainsi qu'à mener à bien des expériences lui permettant d´évoluer en acquérant le fruit de celles-ci. Et que pour ce faire l'Autre nous aide à jouer notre rôle. Il me permet de matérialiser une relation précise.

C'est le Principe du Miroir. L'autre, dans son jeu, sa vie, est lié fortement à moi tant que la rétribution doit durer. Parce que, je vous le rappelle, « ce que je vis ici et maintenant est juste et bon ».

De l'autre, je peux donc apprendre pour mieux grandir. Le regarder avec le détachement de l'observateur m'apportera un enseignement qui me fera gagner du temps dans le processus d'acquisition du Principe Éternel[2] sous-jacent à ce que je vis maintenant.

L'erreur est de croire que l'Autre est extérieur à nous-mêmes pour toujours. Non, celui-ci est le partenaire qui répond lorsque l'on parle, qui nous crie dessus lorsque l'on crie ou au contraire qui pleure selon ce que nous avons tous deux à expérimenter.

En sachant cela, la parole du Christ nous invitant à aimer l'Autre comme nous-mêmes prend toute sa dimension. Lui accorder autant d'attention, d'amour et d'écoute nous permet de pleinement vivre l'expérience que nous vivons dans l'instant.

Le nier correspond à rejeter l'expérience qui se déroule devant nous et à être comme un acteur refusant de jouer dans le film pour lequel il a auditionné !

Bien sûr que notre Ego en prend un coup. Il n'est pas dans son rôle d'accepter Karma, mais au contraire de tout faire afin de nous faire croire que la réalité est ici-bas. C'est seulement dans le monde matériel qu'il est puissant. Par contre, passé le seuil[3] l'ego meurt irrémédiablement et, le bougre, il le sait !

Au-delà de cela, suivre sa Voie en considérant l'autre comme le maître qui m'initie à quelque chose de nouveau fait avancer le travail d´évolution.

Pour mieux comprendre ce principe, pas facile au début, tentez de comprendre avec détachement, de votre confortable siège d'observateur, le rôle de chacun. En général, les deux protagonistes se font face dans la scène en question. Dans ce cas ils sont comme deux objets identiques mais inversés avec un axe de symétrie au milieu. Il arrive aussi que l'Autre soit votre jumeau. Son attitude ressemblera tellement à la vôtre qu'en général vous serez tentés de lui reprocher ses défauts alors qu'en fait vous vous parlez à vous-même.

La clef du Principe du Miroir réside dans l'action juste qui consiste à aimer l'autre, et même notre ennemi, comme nous-mêmes.

Aimer l'autre n'est qu'une des facettes de la pleine et entière acceptation de la Vie. Accepter ce que la Vie nous offre n'est pas facile. Elle nous met à genoux, nous fait courber l'échine ou nous met carrément KO ! Mais accepter c'est se marier, s'accorder aux forces que l'on subit! Les marier en s'y accordant pour apprendre « le corps étranger » afin de grandir sur le chemin de l'évolution. Si on le fait en étant accordé sur les Sept Notes Divines, de la Vie, jamais nous ne risquerons de jouer faux. Si nous doutons du son nous jouerons de manière dissonante, fausse.

Jouer juste nous fait avancer, jouer faux reculer, ne pas jouer stagner. Jouer c'est ÊTRE ce que nous décidons de devenir, pleinement, en se servant de notre corps comme d'un Stradivarius. Les êtres sont des sons et ceux que nous entendons au quotidien sont ceux-là même dont nous avons choisi l'expérimentation par la Loi de la Causalité et la Loi d'attraction[4].

Soyez patients, travaillez sans perdre votre autodérision. L'humour ne blesse que l'ego qui lui n'est pas un rigolo, mais ça vous le savez.


Exercice pratique


Pour comprendre le principe du miroir, essayons de comprendre étape par étape la prise de conscience de l’individu de ce phénomène.



Etape 1 : l’ « Homme qui subit »
Durant une première phase, l’être humain subit sa vie. Il a l’impression qu’il n’a pas le choix et qu’il a un destin qui lui est imposé. Lorsqu’il vit une phase négative il parle volontiers de fatalité. Symboliquement, lorsqu’il a de la chance il remercie le Bon Dieu et lorsque la poisse envahit sa vie il appréhende la venue du diable.

Il subit des influences :
·         De ses ascendants, de par l’éducation et la culture dans laquelle il a grandi (flèches rouges). Il reçoit durant l’enfance des références, des valeurs et des comportements qui, indéniablement, l’influenceront à l’âge adulte en lui donnant la mesure du vrai (de ce qui est permis, autorisé) et du faux (ce qui est interdit). Ce niveau correspond à la structuration de la personne et sa viabilité en termes de capacité à intégrer la société.

·         De son milieu de vie qui l’influence en termes de pensées et d’émotions (éclairs bleus). A partir des valeurs éducatives servant de référence de base, l’individu va grandir et s’épanouir dans un milieu ou au contraire se refermer, s’inhiber. Ce niveau est celui de la capacité d’ouverture de la personne. Fermée elle ne prend aucun risque mais en contrepartie n’apprend rien et fini par s’étouffer. Ouverte à l’extrême, elle s’expose dangereusement. A l’image de la respiration pulmonaire, l’ouverture de la personne équilibrée est cyclique : l’ouverture étant suivie d’une période d’intériorisation-réflexion puis d’une phase d’extériorisation.

·         De son alimentation solide et liquide (diététique) et de ses échanges gazeux. Ce niveau est celui des manques intérieurs que l’individu cherche constamment à combler. Cela se manifeste au travers de toutes les pulsions qui génèrent l’envie, qui génère le mouvement vers l’objet du désir, qui lorsqu’il est atteint procure la satisfaction.



Etape 2 : l’ « homme qui réfléchit »
La seconde phase est celle durant laquelle l’individu se rend compte que ces interactions sociales se ressemblent au cours de son histoire personnelle. Il se rend compte qu’il fréquente des personnes qui ont avec lui des points communs[5].

·         Il se rend compte que sa propre personnalité attire un certain type précis de personnes. Sa nature même l’amène à vivre avec des personnes qui sont compatibles. L’autre devient peu-à-peu l’image inversé de la personne.
·         Il prend conscience que l’action, l’événement n’est possible que si les deux acteurs sont présents. Exemple : la personne se transforme en professeur devant l’élève, mais perd son rôle si ce dernier n’est pas là. La femme devient mère grâce à son enfant. Chacun trouve ainsi sa place dans la société et celle-ci est directement liée avec sa perception intérieure de la Vie et de lui-même. Par contre s’il n’estime pas mériter le respect il fera face à l’irrespectueux, au violent et au violeur.
·         Cela l’implique à tous les niveaux de sa personnalité. Même s’il n’y accorde pas d’attention, chaque action qu’il ressent ou qu’il produit sur l’autre le touche mais si cela peut rester entièrement inconscient.



Etape 3 : l’ « Homme qui agit »

L’étape suivante est celle durant laquelle l’individu s’aperçoit que ses interactions sociales ne sont possibles que si il est là et que celles-ci sont parfaitement logique et explicables. Mais plus que tout il s’aperçoit qu’il peut agir dessus.
·         Il se rend compte que c’est lui qui détermine la qualité et les limites d’une relation. Car une relation n’existe que s’il la nourrit. Il peut alors choisir celles qu’il développe et au contraire celles qui décide de laisser mourir.
·         En acceptant sa juste responsabilité dans la relation, il peut déterminer celle de l’autre. Il comprend alors l’évolution ou l’involution des relations de son passé et parce qu’il a le pouvoir de choisir, il peut en changer la qualité Ici et Maintenant.
·         Il se rend compte que ce qu’il déteste chez l’autre est ce qu’il n’arrive pas à affronter en lui. Ce faisant, il peut effectuer le travail intérieur qu’il convient.


Exercice

Je vous suggère de vous poser les questions suivantes :

Par rapport au point 1 :
·         Quelles sont les valeurs prônées par ma famille et mon éducation ?
·         Quelles furent mes modèles, mes exemples humains, mon idéal de perfection durant mon enfance ? Et par opposition qui me faisait peur ?
·         Quelles sont les valeurs de mon milieu social et professionnel ? Ai-je changé radicalement de milieux au cours de ma vie ?
·         Quelle relation est-ce que j’entretiens avec l’alimentation ? Est-ce que j’y prends du plaisir ou au contraire est-ce que je me contente de « bouffer » ? M’arrive-t-il de compenser un manque affectif en mangeant ?

Par rapport au point 2 :
·         Quel rôle fût le mien au sein de ma famille durant l’enfance ? Et maintenant lorsque je revois ma famille, ai-je tendance à régresser et reprendre mon rôle de l’époque ?
·         Est-ce que j’ai tendance à me comporter avec les autres en reproduisant un comportement familial ?
·         Quel est ma place au travail et au sein de mes amis ? Comment est que mes environnements sociaux et professionnels me décrivent ?
·         Et maintenant, ai-je fondé une famille ou ai-je plutôt concentré mon énergie sur ma vie sociale ?
·         Est-ce mon monde de vie correspond à mon idéal ?
·         Est-ce que je me sens prisonnier d’un comportement (comme par exemple rechercher systématiquement l’attention ou se comporter timidement) ?

Par rapport au point 3
·         Sans que je cherche à faire plaisir à qui que ce soit, qu’est-ce que je changerais à ma façon de rentrer en relation avec l’autre Ici et Maintenant ?
·         Est-ce que je m’autorise à vivre une vie globalement épanouissante et dans tous les aspects de ma vie ? En ai-je l’autorisation intérieure ?
Changer la qualité de nos relations sociales est à la portée de chacun d’entre nous pourvue que l’on s’en donne les moyens en commençant par s’autoriser à vivre le meilleur pour soi et en le donnant à l’autre non pas parce c’est un beau geste de chrétien mais parce que c’est logique en terme d’investissement émotionnel.
A l’époque où les placements bancaires ne sont plus ce qu’ils furent, la relation humaine est une valeur sûre sur laquelle le retour sur investissement est totalement sûr sauf….en terme de délai. La récolte relationnelle est toujours de la même qualité que le semis à long terme.





                                                                                     Jean-Christian Balmat

Depuis 1991, nous vous proposons :






[1] Extrait du livre « Le Shiatsu Holistique, l’autre façon d’appréhender la santé ».de Jean-Christian Balmat.
[2]             Voir le chapitre ¨ Principes Éternels¨
[3]             Voir le chapitre ¨La Clef du Seuil¨
[4]             Pour la définition scientifique : Deux corps ponctuels de masse MA et MB s'attirent avec une force proportionnelle à chacune des masses, et inversement proportionnelle au carré de la distance qui les sépare. Cette force a pour direction la droite passant par le centre de gravité de ces deux corps. Extrait de : http://fr.wikipedia.org/wiki/Loi_universelle_de_la_gravitation Pour la définition adaptée à notre travail : force magnétique de l'être humain qui attire ou repousse, selon qu'il aime, à savoir harmonique avec l'autre ou qu'il hait, à savoir disharmonique avec l'autre.
[5] Comme le dit très bien le langage commun : « Qui se ressemble s’assemble » et « les opposés qui s’attirent »

jeudi 25 septembre 2014

La projection du psycho-affectif sur le corps physique

Les corps physique, éthérique, astral et mental forment un tout indissociable qui peut être abordé dans un premier temps au travers de la symbolique dont est porteuse chaque partie du corps


Figure 1: provenance mescoloriages.com



Ma tête
Mon visage est le lieu par lequel j’exprime tous mes sentiments et toutes mes émotions (mouvement Yin d’expression) au travers de mes mimiques.
Je ressens les sentiments et les émotions de mes congénères qui agissent sur moi et je le manifeste à nouveaux par mes mimiques faciales.
Mon thorax
Je me manifeste le « JE SUIS » si je me valorise en restant humble, je me tiens droit. Si je suis vaniteux ou que je me mets en valeur, je bombe le thorax. Si au contraire je suis introverti, timide et me dévalorise, je suis voûté.
La face antérieure est celle qui me permet de m’affirmer, d’affirmer mon Yin au monde extérieur.
La face postérieure est celle qui me permet d’intégrer le monde extérieur.
Mes bras
Je FAIS avec mes bras, j’agis
Mes épaules
Les épaules sont les portes inconscientes qui séparent l’ETRE (Thorax) du FAIRE (bras). Si je n’ose faire ou que j’ai peur des actes de mes congénères je bloque mes épaules voir pire (par exemple polyarthrite ankylosante) 
Mes coudes
Je m’ouvre à l’autre (extension) je me ferme à l’autre (flexion)
Mes mains et mes poignets
J’ouvre mes mains pour donner, recevoir et partager mais je peux aussi les fermer en formant des poignets que me servent à me défendre ou attaquer > notion Yin-Yang = ouverture-fermeture à l’autre
Mes hanches
Les hanches sont les portes inconscientes qui séparent « Je Suis » statique de l’ « Être en mouvement ». Je manifeste et affirme ce que je suis face au monde extérieur en me levant sur mes jambes. Parfois la vie fait que je m’achoppe sur un obstacle et ma vraie valeur se démontre dans ma capacité à me relever.
Avec mes hanches s’initialisent le mouvement vers l’autre et si j’en ai peur je crée inconsciemment des blocages (musculaires au début qui, si ils deviennent chroniques, atteignent les os créant les arthrites, arthroses, etc.)
Mes genoux
Je suis souple dans la manifestation de ce que Je Suis et parviens à m’adapter à la vie et à mes congénères. Si je suis psychorigide, cela se cristallise au niveau des genoux et je peux me faire par exemple des entorses
Mes chevilles
Je choisis ma direction et m’autorise à en changer pour contourner un obstacle. Si je suis rigide psycho-affectivement j’ai des « chevilles de verre » et me blesse fréquemment à ce niveau

Tableau 1 : Copyright Shiatsu Holistique® 1991-2013

Cette connaissance est utile dans le sens où l’on « comprendre » la signification d’une douleur, d’un problème situé dans le corps physique en tirant des parallèles avec le psycho-affectif.

La suite est affaire de croyance et de conviction : certains font taire la maladie avec des médicaments alors que d’autres via les médecines complémentaires essaient de comprendre le pourquoi et le comment.

Au final, l’important est d’être en santé !!



                                                                                     Jean-Christian Balmat

Depuis 1991, nous vous proposons :